Skip to main content
فهرست مقالات

Marcel Proust et l’Orient : la réécriture des Mille et une nuits dans “À La Recherche du temps perdu”

نویسنده:

علمی-پژوهشی (وزارت علوم)/ISC (14 صفحه - از 235 تا 248)

کلیدواژه ها :

Orient ،exotisme ،Proust ،magie ،Shéhérazade

Cet article a pour objet de mettre en valeur la réécriture des Mill et une nuits par Marcel Proust (1871-1922) dont le reflet se voit dans A la Recherche du temps perdu. La création fantastique de Proust se définie dans un Orient enchanté où Shéhérazade devient tour à tour l’inspiratrice et la révélatrice d’une vitalité mémorielle pour l’écriture proustienne. En outre, la magie et la métaphore sont deux termes essentiels pour découvrir la notion d’exotisme dans l’univers romanesque de Proust chez qui la dualité des personnages pourrait être une mesure convenable pour cristalliser un monde purement imaginaire (Madame Verdurin devenue la nouvelle duchesse Guermantes et Oriane se transforme en une néréide). L’Orient s’impose à La Recherche d’une part par l’efficacité du choix de la conteuse (la parole) et d’autre part par l’alternative des moments enchâssés (la mémoire) étant importants dans la représentation des contes orientaux aux lecteurs français du XXème siècle. On s’efforcera de montrer également l’impact de l’Orient sur notre romancier tout en considérant l’approche similaire entre ces deux oeuvres comme le pivot de toute nouveauté latente.

خلاصه ماشینی:

"Bien que la présence des thèmes similaires dans ces deux œuvres désigne l’Orient comme une contrée de richesse socio-historique mais le pastiche de Proust prend sa forme légitime dans l’avis de Violaine Houdard- Mérot : « Le narrateur […] nous invite à considérer que Les Mille et une nuits ont pour lui, au même titre que les Mémoires de Saint-Simon, un livre fondateur, qu’il a passionnément aimé et qu’à travers La Recherche du temps perdu, il aurait tenté d’écrire « les Contes arabes » d’une autre époque. Vers une approche métaphorique On sait bien que l’usage de la métaphore est courant dans La Recherche du temps perdu, ce qui nous permet de relever les passages où les métaphores empruntées à l’univers des Mille et une nuits deviennent remarquables : la supériorité de la subjectivité sur l’objectivité. Ce sont encore les objets magiques des Mille et une nuits (et notamment le « tuyau d’ivoire », longue-vue magique de l’Histoire du prince Ahmed et de la fée pari-Banou) qui permettent de rendre compte de la féerie du téléphone qui rend présents des êtres absents : « Et nous sommes comme le personnage du conte à qui une magicienne, sur le souhait qu’il en exprime, fait apparaître dans une clarté surnaturelle, sa grand-mère ou sa fiancée […]. La similitude menée dans l’approchement de ces deux œuvres fondamentales correspond à la création métaphorique d’un nouveau monde selon lequel le procédé de la reprise des Mille et une nuits demeure au sein de toute étude fantastique comme un remède retrouvé (Dans La Recherche, Ali-Baba est le symbole de l’approchement spatio-temporel et aussi un conte allégorique pour toute dualité possible : Ali-Baba est comparé à Swann)."


برای مشاهده محتوای مقاله لازم است وارد پایگاه شوید. در صورتی که عضو نیستید از قسمت عضویت اقدام فرمایید.